Les dispositifs de retenue des véhicules (DDR) sont sans aucun doute l’un des éléments clés lorsqu’il s’agit de mesurer le niveau de sécurité routière sur notre réseau routier. Ces systèmes, s’ils sont installés avec les normes de qualité appropriées, parviennent à réduire considérablement les conséquences des accidents, principalement d’une sortie de route ou d’un impact frontal.

Il existe de nombreuses réglementations nationales et internationales qui permettent l’évaluation et la certification des produits et établissent un guide de critères permettant de les installer correctement, toujours en fonction des caractéristiques de la route et des prescriptions de son fabricant.

Réglementation pour les systèmes de confinement des véhicules

La réglementation applicable en Europe est la norme UNE EN 1317, qui comprend plusieurs parties permettant d’évaluer les barrières, les DDR, les atténuateurs d’impact, les raccordements entre les dispositifs de retenue, les terminaux, les sections de barrière amovibles, ainsi que les systèmes de protection des motocyclistes. Une fois ces lignes directrices établies dans l’ensemble de l’Union Européenne, chaque administration doit transposer cette norme en établissant ses propres critères d’installation. Dans le cas de l’administration espagnole, l’ordonnance 35/2014 a été élaborée sur les critères d’installation des dispositifs de retenue des véhicules.

Ce règlement a son champ d’application dans le réseau routier national et établit des critères d’installation principalement pour les barrières et les DDR. Cependant, si vous recherchez des critères d’installation d’atténuateurs ou de bornes, vous ne trouverez guère de référence dans l’article 6.6 où les bornes sont mentionnées comme extrémités de barrière, dans les articles 6.7.3 et 6.7.4 où leurs différences se mélangent, et enfin, dans article 9, il les mentionne indifféremment sans préciser quand utiliser l’un ou l’autre.

De la réglementation européenne, il est déduit que les atténuateurs ont le marquage CE car la partie 3 de la norme EN 1317 est harmonisée par la partie 5. Cependant, les bornes n’ont pas de marquage CE car elles ne sont pas harmonisées par ladite partie 5.

Niveaux de performance du terminal et de l’atténuateur d’impact

De plus, ces systèmes sont classés selon leur niveau de comportement:

  • Les atténuateurs d’impact peuvent être de niveau de comportement 50, 80, 100 et 110. Ce nombre fait référence à la vitesse à laquelle ils sont testés. Pour chaque niveau, la norme prévoit 5 tests grandeur nature avec des directions et des angles d’approche différents.

  • Les Terminaux sont classés par leur Classe de Comportement P1, P2, P3 et P4 selon la partie 4 de la norme. Actuellement, cette partie 4 est en vigueur, cependant, elle devrait être remplacée prochainement par une nouvelle instruction technique pour les terminaux récemment approuvée par le comité de normalisation. Dans cette instruction, les terminaux sont classés comme T50, T80, T100 et T110, une classification très similaire à celle des atténuateurs. Quant aux essais grandeur nature, jusqu’à 6 essais sont envisagés pour évaluer leur comportement.

Tous ces essais permettent de caractériser les atténuateurs et les terminaux, en leur attribuant des paramètres de déformation associés aux déplacements survenus dans le test lui-même, ainsi que des valeurs de sévérité pour les occupants du véhicule.

Critères d’application des atténuateurs d’impact et des terminaux

Hasta aquí, la normativa europea aporta algo de luz, pero llegados a definición de proyecto y a instalación en obra, se observa en la OC 35/2014 una manifiesta carencia de criterios a la hora de emplear terminales y/o atenuadores, en comparación con el detalle exhaustivo de barreras y pretiles.

Jusqu’à présent, la réglementation européenne n’a apporté que très peu d’éclaircissements, mais lorsqu’il s’agit de définir le projet et de l’installer sur site, l’Ordonnance 35/2014 montre un manque manifeste de critères lors de l’utilisation de bornes et/ou d’atténuateurs, par rapport au détail exhaustif des barrières et dispositifs de retenue.

Par exemple, dans le cas des barrières et des DDRs, nous pouvons définir le niveau de comportement requis en fonction de la gravité de l’accident et des caractéristiques de la route. Cependant, dans le cas des terminaux et des atténuateurs, nous n’avons aucun critère qui détermine le choix du système. Une option consiste à choisir le système en fonction de la vitesse limite autorisée sur la voie et de la vitesse à laquelle le système a été testé. Curieusement, ce critère n’est pas celui appliqué aux barrières ou DDR, où il est courant d’installer un DDR testé à 70 km/h sur une route où rouler à 120 km/h est autorisé.

Un autre point commun d’installation des terminaux et des atténuateurs se trouve au niveau des sorties ou bifurcations. Encore une fois, l’Ordonnance manque de critères d’installation à ces endroits ; un problème qui soulève de nombreuses questions. Par exemple, quelle voie privilégier et si les accotements des deux voies doivent être respectés ou non, ou, par exemple, la position du système sur le zébrée, plus ou moins éloigné de la bifurcation. Dans ce cas, il faudra évaluer dans quelle mesure les barrières qui seront sûrement obligatoires pour les deux voies peuvent converger.

Cette variabilité de positionnement affecte la solution, puisque les atténuateurs et les terminaux peuvent être obtenus dans des familles où, pour un même système, il existe plusieurs solutions en termes de largeurs et même d’inclinaisons des parements, pouvant aller d’un terminal et/ou d’un atténuateur de 300 mm de large à un autre de 2300 mm.

Ces notes très brèves sur les critères d’application couvrent à peine quelques-uns des nombreux doutes qui sont traités de manière beaucoup plus détaillée dans un webinaire de 40 minutes où, avec de nombreux exemples, photos et vidéos, nous essayons d’expliquer les critères de bon sens que nous appliquons actuellement en l’absence de critères réglementaires homogènes. Pour visionner ce webinaire, accédez à notre page de formation en ligne.

En guise de conclusion, nous aimerions souligner que les entreprises privées évoluent systématiquement avec le développement de nouveaux et meilleurs systèmes qui optimisent les conditions de sécurité routière sur nos routes. Mais cela n’ira pas très loin si ce développement de produits ne s’accompagne pas d’outils légaux et réglementaires permettant d’utiliser les DDR de manière efficace et homogène.

Gamme d’atténuateurs d’impact avec marquage CE de METALESA

Metalesa dispose d’une vaste expérience des critères d’application de ces systèmes après avoir réalisé de multiples projets, et en cas de doute, nous serons heureux de conseiller et de guider tout technicien et professionnel dans ce monde des dispositifs de retenue véhicules.

Atténuateur de choc C80 P330
Atténuateurs de choc C80 P600
Atténuateurs de choc C80 P900
Atténuateurs de choc C80 P1600
Atténuateurs de choc C80 D1600
Atténuateurs de choc C80 D2300
Atténuateurs de choc C100 P330
Atténuateurs de choc C110 P330
Atténuateurs de choc C110 P600
Atténuateurs de choc C110 P900